LE LOBBY PRO-ISRAÉLIEN VACILLE-T-IL ?
RÉORIENTATION DE LA MISSION STRATÉGIQUE DE LA BASE ISRAÉLIENNE AU PROCHE-ORIENT

Robertbibeau@hotmail.com


21.03.2009
http://www.robertbibeau.ca/palestine3.html


M. John J. Mearsheimer propose un article dans  London Review of Books, Numéro du 26 Mars 2009, intitulé «The Lobby Falters»  ou  «Le lobby vacille».

On peut lire l'article original à cette adresse :

http://www.lrb.co.uk/v31/n06/mear01_.html  


Et sa traduction française à cette adresse : http://www.silviacattori.net/article770.html



Il y a effectivement des contradictions au sein du camp impérilaiste américain.  Ces contradictions portent sur le rôle que devrait jouer leur satellite (Israël)  51 em état de l'Union et plus grande base militaire à l'étranger.  Il y a ceux comme l'AIPAC et autres supporteurs aveugles qui disent «Continuons comme avant et maintenons le cap tactique et stratégique».  Il n'y a aucune raison de changer la vocation stratégique de notre base militaire israélienne pensent-ils contre toute évidence.

Il y a ceux qui pensent que l'ancienne vocation de gendarme et de réalisateur de basses oeuvres d'attaques et d'agressions ne tient plus et qu'il faut changer la vocation de cet état paria pour le réaligner vers des objectifs plus réalistes.

Pourquoi ?

1) L'armée israélienne ne parvient plus à faire son travail de gendarme dans cedtte région du monde.  Elle n'a pas été capable d'écraser définitivement le Hamas et d'établir le Fatah à Gaza malgré l'aide des collaborateurs du Fatah pour identifier les cibles.

2) Elle n'a pas été capable en juillet 2006 d'écraser le Hezbollah au Sud Liban.  Pire, dans ce cas l'armée israélienne a dû battre en retraite devant un groupe de résistance faiblement armé en comparaison de la puissance de feu israélienne.  L'armée israélienne a dûe se contenter de massacrer des civils comme à Gaza et de répandre des bombes à sous munition et des déchets radioactifs, sans oublier les bombes aux  phosphores.  Bref, de se comporter comme une bande de larrons criminels de guerre.

3) Les américains n'ont pas confiance que l'aviation israélienne serait capable d'écraser l'Iran et de détruire ses centres de productions d'énergies nucléaires civils sans déclancher en réaction un tsunami politique et militaire dans toute cette région du globe.

4) Les américains en personne ont échoué en Irak et les israéliens ne peuvent rien pour renverser cette situation où l'armée US va se retirer dans la honte n'ayant rien accomplit que de se discréditer et de s'endetter lourdement alors que la super puissance vogue vers la faillite économique.

5) Même constat en Afghanistan ou avant de se retirer dans le déshonneur les américains et leurs alliés de l'OTAN tentent un sursaut  d'honneur espérant «retarder» l'offensive Talibane. Qu'est-ce qu'Israël peut faire pour changer le cours de cette guerre perdue d'avance en Afghanistan?  Rien.
Bref, un 51 em état coûteux, une immense  base militaire coûteuse, ayant des objectifs stratégiques qui pouvaient avoir une certaine crédibilité il y a vingt ans mais qui ne soutiennent absolument pas l'analyse aujourd'hui. Et cette mission stratégique, telle que comprise en Israël et que les israéliens les plus réactionnaires tentent toujours de maintenir au risque de tout faire sauter dans cette région du monde (exmple de l'agression de GAZA et exemple de leur projet d'attaque contre l'Iran) devient dangereuse pour les USA qui risquent d'être entrainer contre leur gré par leur allié histérique d'extrême droite, par leur base militaire insoumise, dans une aventure militaire incontrôlable.

Les gouvernements alliés arabes sont mis à mal et risques de ne plus contenir leurs peuples révoltés. Il est temps que ça change croient Carter et une fraction de plus en plus importante des décideurs américains.

Voilà pourquoi une fraction de plus en plus importante de l'intelligentsia et des politiciens américains commencent à sonner l'alarme. La situation évolue rapidement et le moment approche ou Obama et son état major trouveront  le courage d'imposer un nouveau rôle  stratégique à Israël plus conforme à ses moyens tactiques et militaires et toujours en soutien à la politique impérialiste américaine dans cette région du monde.  L'incident Freeman n'est qu'un épisode relativement mineur dans ce réorientation stratégique.

Il n'y a là rien de rassurant  et rien de particulièrement salvateur pour les peuples arabes et pour le peuple Palestinien qui se retrouvera sous peu devant la perspective d'avoir à choisir entre « vivre dans une paix relative, dans quatre ou cinq bantoustans emmurés sous l'administration d'un gouvernement palestinien fantoche » ou de  poursuivre sa résistance sous le feu israélien, la colonisation, l'occupation, l'apartheid, le blocus, le MUR et les cheks points...Bref, poursuivre la résistance amorcée il y a 61 ans ou capituler.  Freeman ne leur sera alors d'aucun secours puisque c'est cette alternative qu'il souhaitait justement  mettre en place contrairement à l'AIPAC qui propose de ne même pas leur offrir cette alternative traîtresse.
 
Les forces de soutien aux peuples arabes et palestiniens doivent-elles présenter M. Charles Freeman comme un héros, ardent  défenseur du Peuple Palestinien et pour cette raison évincé d'un poste important à l'espionnage US, ou comme une bataille de réalignement des politiques impérialistes américaines pour les rendre plus conformes aux réalités du terrain dans cette région du monde ? C'est une lutte dans leur camp pour régler leurs  contradictions.  Comment pourrions-nous en bénéficier pour notre camp, celui des peuples Arabes et Palestiniens.
 
Robert Bibeau