Initier un plan d'intégration des TIC à l'école

Auteurs : J.Guidotti, J.Basque, P-B.Cadieux, J.Rocheleau, R. Bibeau [Juin 1996]


Table des matières

Remerciements

De la vision à l’action planifiée et concertée
Coordonner l’action
Mobiliser et informer l’équipe-école
Développer une vision systémique de l’école
Décrire la situation de départ
Identifier les actions prioritaires

Gestion pédagogique et bureautique professorale
Communication
Centre de ressources multimédia
Applications pédagogiques de l’ordinateur
Infrastructure technologique

Mettre en oeuvre
Évaluer
Financer
Gérer les ressources financières
Quelques références

Annexe

Plan d’intégration des TIC à l’école - Exemple


De la vision à l’action planifiée et concertée

Le système d’éducation fait l’objet d’un examen public rigoureux dans le but d’en faire un système qui offre aux jeunes et aux travailleurs les compétences dont ils ont besoin pour devenir des citoyens actifs et responsables dans une économie axée sur l’information. Les technologies de l’information et des communications (TIC) représentent des avenues de choix pour atteindre cet objectif. De nombreuses tentatives d’intégration des TIC à l’apprentissage et à l’enseignement ont été menées pendant les dix dernières années. Que nous ont-elles appris?

D’abord, que l’intégration des TIC dans les écoles représente un défi technique et financier. Mais aussi, que les aspects humains et organisationnels liés à ce processus d’innovation ont parfois été sous-estimés. Le personnel des écoles déplore un manque d’information, de formation et de support à l’utilisation des TIC. On souligne également que les décisions sont prises sans concertation, que l’infrastructure organisationnelle est inappropriée et qu’il y a absence de planification et de vision à long terme dans le processus d’intégration des TIC dans l’ensemble de l’école. On doute même que l’intégration des technologies à l’école soit une priorité pour les décideurs. Ces facteurs constituent en fait des ingrédients indispensables au succès de tout projet d’innovation.

Que doit-on informatiser? Comment procéder? Par où commencer? Ce document propose une démarche systémique pour produire un Plan d’intégration des technologies de l’information et des communications, pour passer d’une vision à une action planifiée et concertée, pour faire d’une école primaire ou secondaire actuelle une école informatisée. Une école où la bibliothèque devient un centre de ressources multimédia. Une école où le personnel apprend à apprécier et à utiliser les TIC afin de les intégrer harmonieusement et en toute confiance dans la classe. Une école où les élèves développent leur potentiel maximal par le recours aux TIC. Une école où tous participent au changement souhaité. Une école qui profite de l’intégration des technologies pour revoir ses façons de faire, de travailler, d’enseigner, d’apprendre et pour repenser son fonctionnement. Une école informatisée pour tous, partout et pour tout.

La démarche proposée provient de deux années de réflexion, d’action et de rétroaction sur le sujet. Elle a été validée auprès de directions d’écoles primaires et secondaires et se veut un outil pour vous aider (direction et personnel des écoles) à implanter les TIC dans votre école, à passer de la vision à l’action. Elle peut être réaménagée, modifiée et adaptée à vos besoins et aux particularités de votre milieu. La démarche comprend neuf tâches ou processus qui pourront se dérouler sur trois années. Ces tâches sont présentées dans un ordre logique plutôt que chronologique. Plusieurs d’entre elles se dérouleront parallèlement et des allers retours constants sont à prévoir.

Ce document contient:

Vous trouverez des recommandations concernant l’implantation des TIC à l’école dans les documents:

Stratégies d’intégration des technologies de l’information et des communications à l’école - 30 recommandations, Montréal, EICEM, 1996.

Comment faire d’une école secondaire actuelle une «école informatisée»?, Montréal, CIPTE, 1995.

Technologies de l’information à l’école. Stratégies d’intégration, Montréal, Publications du Québec/CNDP, 1996.

Résumé du projet École informatisée Clés en main, Montréal, EICEM, 1996.

École informatisée Clés en main - Projet de recherche-action, Montréal, EICEM, 1996.

Modèle de la démarche d’implantation des TIC dans une école, Montréal, EICEM, à paraître.


Coordonner l’action

L’implantation des TIC dans une école doit être cohérente, planifiée et souhaitée par l’équipe-école. Elle doit être bien coordonnée et doit représenter une priorité pour les décideurs. L’engagement actif et manifeste de la direction est fortement recommandé dans tout projet d’innovation en milieu scolaire. Il est cependant souhaitable que les décisions ne soient pas prises unilatéralement et exclusivement par celle-ci. L’influence interpersonnelle est une variable importante à considérer afin de contourner les problèmes de résistance au changement. La direction devrait donc s’entourer des leaders de l’école.

Concrètement, nous suggérons de former un comité local de coordination (CLC) qui garantira le dynamisme des actions et qui assurera le leadership au cours de l’implantation. Il pourra être formé à partir des comités ou des structures déjà en place dans l’école. Le comité local de coordination (CLC) sera idéalement composé de membres de la direction, du personnel enseignant, du personnel de la bibliothèque et des services pédagogiques, administratifs et techniques, de représentants du comité d’école et du conseil d’orientation, d’élèves, et de représentants des services informatiques de la Commission scolaire. Nous ne saurions trop insister sur l’importance de former un comité de coordination «mixte». Des décisions d’ordre politique, pédagogique, organisationnel, financier et technique devront être prises; l’efficacité du comité local de coordination (CLC) dépendra en grande partie de l’expertise pédagogique, gestionnaire et technologique de ses différents membres.

Pour réaliser efficacement son mandat, le comité local de coordination (CLC) devrait prévoir des rencontres statutaires qui lui permettront de réaliser ses activités, d’évaluer l’état d’avancement des travaux, d’identifier rapidement les problèmes potentiels et de corriger son parcours. À la suite de ses rencontres, le comité devrait produire des procès-verbaux clairs et détaillés auxquels il référera régulièrement pour assurer la cohérence des actions entreprises et des stratégies privilégiées.

Les procès-verbaux serviront également à partager les orientations avec les autres comités et groupes de travail qui pourraient être formés. Les tâches reliées à l’informatisation de l’école sont nombreuses et la collaboration du plus grand nombre de personnes possible est souhaitable. C’est pourquoi nous recommandons de regrouper les tâches en sept thématiques qui pourraient être prises en charge par autant de comités et de groupes de travail si la taille de votre école le permet. Dans le cas contraire, on pourra confier une ou plusieurs thématiques à chaque membre du comité local de coordination (CLC) qui verra à s’adjoindre des collaborateurs au besoin.


STRUCTURE ORGANISATIONNELLE SUGGÉRÉE
(lorsque la taille de l’école le permet)

École informatisée Clés en main - Structure organisationnelle, Montréal, EICEM, 1996. Organisation et Bottin «L’école informatisée Clés en main du Québec inc.», Montréal, 1996.

Le comité local de coordination (CLC) doit finalement disposer des pouvoirs nécessaires à la réalisation de son mandat. À cet égard, le pouvoir d’influence ne doit pas être sous-estimé. Lorsque des décisions doivent être prises par d’autres instances, par exemple par un comité de direction, nous recommandons au comité local de coordination (CLC) de soumettre et de défendre les différentes composantes de son Plan d'intégration des TIC auprès de ces instances. La présence de la direction de l’école au comité local de coordination et au sein des instances décisionnelles facilitera le transfert d’information et la gestion systémique de l’école.

Activités recommandées

  • Développer une vision systémique de votre école informatisée.
  • Décrire la situation de départ.
  • Identifier les actions prioritaires.
  • Établir des politiques d’implantation.
  • Répartir le travail (former des comités et des groupes de travail lorsque la taille de l’école le permet) et coordonner l’opérationnalisation des actions.
  • Assurer l’allocation des ressources et gérer les budgets.

Ces activités sont décrites en détail dans les pages qui suivent.


Mobiliser et informer l’équipe-école

Le processus d’adoption d’une innovation, comme l’intégration des TIC en éducation, a un caractère individuel et constructiviste; le changement d’une organisation passe obligatoirement par un changement au niveau de l’individu. Mobiliser, c’est précisément susciter l’adhésion et la complicité de toute l’équipe-école en mettant en place des conditions telles que chacun aura envie de s’engager et de participer. Cette opération dépasse donc largement la simple consultation.

La mobilisation passe par une information abondante et ouverte, des règles du jeu bien définies et un leadership engagé, partagé et visionnaire. La diffusion continue de l’information sur les objectifs, l’organisation, la démarche et l’évolution d’un projet d’innovation est nécessaire afin de réduire les résistances au changement, de maintenir des attentes réalistes et de s’assurer que chacun comprend bien les enjeux du projet. L’objectif est aussi d’éviter la désinformation et de développer une attitude positive chez l’ensemble des intervenants de l’école face à l’intégration des TIC. La mobilisation du milieu et la diffusion de l’information se feront pendant toute la durée de l’implantation.

Nous vous recommandons de mandater quelques personnes (comité d’information) qui établieront un plan d’information (informer qui? quand? comment? pourquoi?) et qui prendront en charge les activités qui suivent.

Activités recommandées

Informer le personnel et la communauté sur le Plan d'intégration des TIC de l’école:

  • Présenter le projet d’informatisation de l’école à l’ensemble du personnel et obtenir son adhésion.
  • Publier un bulletin d’information à l’intention du personnel de l’école et des membres de la communauté (Commission scolaire, parents, etc.).
  • Acheminer des capsules d’information par courrier électronique (nouveaux produits, formation en préparation, achat regroupé en cours, installation de nouveaux appareils, etc.).
  • Organiser des séminaires de travail à l’intention de l’ensemble du personnel.
  • Organiser des assemblées générales d’information.
  • Collaborer avec les journaux locaux pour sensibiliser la communauté environnante aux enjeux de l’implantation des TIC à l’école.
  • Rechercher les appuis du milieu local: informer régulièrement les comités de parents, les commissaires, etc.

Sensibiliser le personnel et la communauté au potentiel des TIC en éducation:

  • Organiser régulièrement des activités dans le but de hausser le niveau de connaissance et de «culture technologique» des membres du personnel (conférences, présentation de logiciels, de services télématiques, de sites W3 etc.).

Développer une vision systémique de l’école

L’intégration des TIC à l’apprentissage et à l’enseignement permet de favoriser l’atteinte de la mission éducative de l’école. Le Plan d’intégration des TIC devrait probablement orienter le projet éducatif de l’école. Il pourrait même être l’occasion de redéfinir le projet de votre école en jetant un regard neuf sur les activités qui s’y déroulent.

Qu’est-ce qu’une école informatisée? Comment sera votre école lorsqu’elle sera informatisée? Le comité local de coordination (CLC), en collaboration avec l’équipe-école, s’emploiera à développer une vision de l’école où les technologies faciliteront les activités et les tâches de ceux et de celles qui y apprennent et y travaillent, favoriseront les échanges interactifs et constructifs entre les individus, le milieu et le monde et agiront comme levier pour l’amélioration générale de l’école.

Une vision est une façon de concevoir un ensemble de choses complexes, de se représenter collectivement ce que sera l'école en bout de ligne. Une vision commune permet à tous d'identifier le point d'arrivée et la distance à parcourir entre l'état actuel et la situation désirée. Cependant, une vision continue de se préciser tout au long d'une implantation. On ne peut en effet préciser ses attentes que lorsque l'on prend connaissance de ses besoins. Il faut donc se réserver le droit de modifier ensemble la vision de l'école que l'on désire réaliser.

Une vision de l'école ne se limite pas à l'environnement physique de l'école, mais comprend aussi l'activité humaine qui s'y déroule et les interactions entre les différents intervenants. Nous croyons que la vision doit être systémique et qu’elle doit donc reposer sur le principe que tous les éléments qui composent l’école sont interreliés. Une action entreprise dans un secteur donné, à la bibliothèque par exemple, aura des répercussions sur l'ensemble de l'école. Le choix d’un logiciel de présentation devra être fait en pensant aux besoins de l’élève tout autant qu’à ceux du personneI de l’école. Le partage des dossiers scolaires pourra profiter autant au personnel enseignant, aux membres de la direction et aux parents eux-mêmes. Il faut donc éviter une vision éclatée ou chaque secteur ou département de l'école poursuit ses propres objectifs, selon son propre échéancier, ses priorités spécifiques et avec ses ressources distinctes. La mise en commun des ressources profitera à chacun.

Une des façons de développer une vision commune de l'école que l'on désire bâtir est de demander à un ensemble de personnes d'identifier ce qu'ils aimeraient faire dans une école informatisée, comment et avec quoi, sans perdre de vue qu'une école est un système social en évolution. ll s'agit ensuite de discuter et de formuler la vision en des termes qui font le consensus auprès de tous les intervenants de l'école.

Activités recommandées

  • Revoir le projet éducatif de l’école.
  • Consulter la littérature sur l’implantation des technologies dans les écoles.
  • Recueillir la vision du personnel de l’école et du milieu local à l’occasion, par exemple, d’un remue-méninges.
  • Visiter des écoles qui ont développé une expertise dans le domaine de l’intégration des technologies à l’apprentissage et à l’enseignement.
  • Énumérer les activités, les tâches et les échanges qu’on souhaiterait faciliter ou améliorer.
  • Établir les compétences générales attendues des élèves en matière d’utilisation des TIC.
  • Établir les compétences générales attendues du personnel en matière d’utilisation des TIC.
  • A l’aide de textes, de slogans, de graphiques ou d’illustrations, représenter votre école telle que vous souhaitez la voir dans quelques années.

Modèle d’une école informatisée , Montréal, EICEM, à paraître. Ce modèle traduira la vision d’une école informatisée en une représentation schématique et offrira des outils d'aide à la décision quant au choix des utilisations des TIC et des outils pouvant être implantés selon une perspective de réingénierie des processus.

Technologies de l’information à l’école. Stratégies d’intégration, Montréal, Publications du Québec/CNDP, 1996.

École informatisée Clés en main - Projet de recherche-action, Montréal, EICEM, 1996.

Résumé du projet École informatisée Clés en main, Montréal, EICEM, 1996.

Attention! Passage étroit «Autoroute» pédagogique», EICEM, 1995.

L’inforoute pédagogique québécoise, Montréal, EICEM, 1996.

Rapport annuel 1993-1994 sur l’état et les besoins de l’éducation, Québec, 1994.

Curriculum en TIC, Fonds coopératif Québec-Chaudière-Appalaches & MEQ, 1996.


Décrire la situation de départ

Pour s’engager dans un processus d’informatisation des tâches et des activités, l’équipe-école doit être prête à changer. Mais auparavant, elle doit connaître ses forces et ses faiblesses.

Il incombera au comité local de coordination (CLC), ou à tout autre groupe qu’il aura mandaté, de définir le contexte physique, organisationnel, pédagogique et motivationnel pouvant influencer de manière critique l’élaboration du Plan d'intégration des TIC de l'école ainsi que la sélection et la mise en oeuvre des solutions technologiques: particularités des lieux, style de gestion, historique de l’introduction de la technologie informatique à l’école, types d’utilisation, formation déjà acquise, attitudes du personnel face à l’innovation, aux TIC, à Internet, etc.

Le CLC fera aussi l’inventaire des ressources technologiques (équipements et logiciels) déjà présentes dans l’école: description, localisation, vocation, taux d’utilisation, qualité de l’entretien et du support, satisfaction des utilisateurs, etc. Ces ressources pourront éventuellement être redistribuées pour répondre aux objectifs de votre Plan d'intégration des TIC.

L’opération de collecte de données sera finalement l’occasion de recenser les besoins du personnel et des élèves de votre école en matière d’information, de formation, d’utilisations, de logiciels, d’équipements, de soutien administratif, pédagogique et technique.

La collecte d’information se déroulera parallèlement au développement de votre vision d’une école informatisée.

Activités recommandées


Questionnaires et instruments pour établir la situation et les besoins, Montréal,
EICEM, Comment informatiser l’école, à paraître.


Identifier les actions prioritaires

L’intégration des TIC à l’école ne peut se faire que de façon progressive en fonction de priorités qui tiendront compte des contraintes matérielles, financières, pédagogiques et humaines. À partir de la vision développée précédemment et en tenant compte des besoins exprimés par le personnel et par les élèves lors de la collecte d’information, le comité local de coordination produira un tableau d’actions prioritaires qui seront réalisées pendant les trois premières années.

Le tableau d’actions prioritaires comprendra:

Une fois complété (actions, calendrier, responsabilités), le tableau d’actions prioritaires devra être validé. Il sera présenté à l’ensemble du personnel afin de s’assurer que les actions proposées répondent aux besoins réels de l'école et d'y apporter des corrections si nécessaire.

Thématique 1 Gestion pédagogique et bureautique professorale

Les tâches reliées à la gestion pédagogique et à la bureautique professorale représentent un bon pourcentage de la tâche globale du personnel enseignant: planification et organisation des activités d’apprentissage, du matériel didactique, des infrastructures de support à l’apprentissage et de l’évaluation des apprentissages; correction des épreuves d’évaluation, consignation, analyse et communication des résultats aux élèves, à la direction et aux parents; etc. En somme, lorsqu’il n’est pas en classe avec des élèves, le personnel enseignant réalise une tâche de gestion pédagogique ou de bureautique professorale.

L’utilisation de logiciels ou d’applications devant faciliter l’accomplissement de ces tâches sera donc quotidienne en autant que la formation soit adéquate et que les ordinateurs soient en nombre suffisant, assez puissants, bien localisés ou rendus mobiles dans certains cas. Ces applications placeront le personnel enseignant dans une situation de véritable appropriation technologique car elles visent la maîtrise d’un environnement, compétence nécessaire à l’intégration harmonieuse des TIC en classe. Elles permettront également une amélioration constante des outils d’enseignement et d’évaluation en facilitant leur renouvellement et en augmentant la qualité de leur présentation.

Si les applications de gestion pédagogique et de bureautique professorale sont utiles au personnel enseignant, elles le sont tout autant pour les autres membres du personnel: direction, services pédagogiques, administratifs et techniques, etc. La gestion informatisée des plans d’intervention personnalisés en est un bon exemple. Elle facilitera la tâche des nombreux agents éducatifs qui y participent.

Il s'agit donc, en implantant des applications de gestion pédagogique et bureautique professorale, de hausser la culture technologique, d’encourager l'usage quotidien des TIC par l'ensemble du personnel et de faire en sorte que le nombre de personnes formées aux TIC augmente et que les pôles de référence, de support et de formation par les pairs (formation en cascade) s'accroissent progressivement dans l'école.

Exemples d’actions prioritaires

  • Former le personnel à l’utilisation du système d’exploitation ou de l’environnement.
  • Créer un centre multimédia de production de matériel didactique à l’intention du personnel de l’école.
  • Créer un centre de formation à l’utilisation des TIC pour le personnel de l’école.
  • Implanter un ensemble intégré d’applications (traitement de texte, tableur, gestionnaire de bases de données, présentateur).
  • Implanter un logiciel de conception d’épreuves et d’examens.
  • Implanter un logiciel de réservation des locaux, des équipements, etc.
  • Autoriser le personnel à interroger les dossiers scolaires.
  • Informatiser la gestion des plans d’intervention personnalisés.
  • Implanter un système informatisé de gestion des absences et des retards.
  • Implanter un système informatisé de suivi des élèves.
  • Dans une école secondaire, permettre aux élèves et au personnel enseignant de consulter les données du service d’orientation scolaire et professionnelle et de confronter les notes de l’élève avec les exigences des cours ou options auxquels il souhaite s’inscrire.

Le personnel enseignant réalise une partie importante des tâches de gestion pédagogique et de bureautique professorale à domicile. Un programme d’achat regroupé (ordinateurs, périphériques, logiciels et service de branchement à Internet) permettra à chacun de compléter l’environnement nécessaire à la réalisation de ses activités (voir Infrastructure technologique).

Thématique 2 Communication

Les TIC facilitent grandement la communication et permettent d’augmenter l’efficacité de tous ceux qui y ont recours. Pensons par exemple au courrier électronique qui permet à un grand nombre de personnes de suivre l’évolution d’un dossier et de rétroagir s’il y a lieu. Il s’agit d’un avantage indéniable compte-tenu du fait que plus de la moitié des points abordés lors de rencontres ne servent souvent qu’à partager de l’information au détriment de réflexions fondamentales qui doivent éclairer les décisions. Pensons aussi à l’interrogation de banques de données ou d’experts qui se trouvent à distance ce qui encourage la recherche et favorise donc l’amélioration constante des outils d’enseignement, de suivi et d’évaluation. L’informatisation des canaux de communication facilitera les échanges interactifs et constructifs entre les individus, le milieu et le monde.

Exemples d’actions prioritaires

  • Former le personnel à l’utilisation du courrier électronique et de Internet.
  • Implanter un courrier électronique afin de permettre les communications entre le personnel de l’école, les collègues et les experts se trouvant en d’autres lieux physiques, les élèves et les parents.
  • Installer des accès à Internet.
  • Implanter un agenda électronique.
  • Implanter un mode de communication électronique pour informer les parents et toute personne intéressée par la vie de l’école: site W3, babillard électronique, etc.
  • Installer des accès au réseau de l’école, et donc à ses services, à partir du domicile du personnel ou de l’élève.

Thématique 3 Centre de ressources multimédia (bibliothèque)

Les ressources documentaires prennent aujourd'hui des formes variées: les périodiques, les articles et les banques de documents par matière sont maintenant disponibles sur disques optiques compacts (DOC) et sur Internet; de nombreux logiciels éducatifs s’ajoutent aux autres formes de matériel didactique; etc. Pour utiliser ces ressources, il faut pouvoir compter sur des équipements audiovisuels et informatiques multimédias, de même que sur des infrastructures d'accès à l'information.

Dans une école informatisée, le Centre de ressources multimédia (CRM) regroupe l'ensemble des services auparavant offerts par la bibliothèque et les services audiovisuels. Il est le centre nerveux de l'école et poursuit trois objectifs:

  1. Rendre l'information accessible à tous (parents, élèves, personnel de l'école, communauté environnante) par l'implantation de structures informatisées d'accès à l'information permettant le repérage, la consultation, le traitement, la récupération, la production et la diffusion de l'information ainsi que l'animation d'activités parascolaires. L’information est rendue disponible par la mise en réseau de tous les appareils de l'école. Il est donc possible de consulter les ressources à partir de la classe, du bureau du personnel de l'école (ou des écoles qui partagent un même Centre de ressources multimédia), du domicile du personnel, des élèves et des parents, ou de tout autre membre de la communauté. Le site d'information de l'école (W3), disponible sur Internet, permet aussi au personnel du Centre de ressources multimédia (CRM) de diffuser l'information.
  2. Soutenir les activités d'enseignement-apprentissage par une participation active du personnel du Centre de ressources multimédia (CRM) à la formation à la recherche documentaire, à l'intégration d'objectifs de recherche documentaire au curriculum scolaire, à l'atteinte des objectifs pédagogiques des différentes matières, au développement et à la mise à jour de banques de matériel didactique. Le personnel du CRM contribue également à la mission éducative de l’école en animant des activités d'apprentissage et en offrant un support technique pour leur réalisation.
  3. Gérer les ressources (inventaire, commandes, prêts): collections, documents vidéographiques, logiciels, disques optiques compacts, droits d'auteurs, équipements, liens télématiques, locaux connexes, etc.


De la bibliothèque au centre de ressources multimédia, Montréal,
EICEM, Comment informatiser l’école, à paraître.

Exemples d’actions prioritaires

  • Former le personnel et les élèves à la recherche documentaire par le recours aux TIC.
  • Informatiser le système de prêt des ressources documentaires et matérielles: collections, documents vidéographiques, logiciels, disques optiques compacts, équipements.
  • Donner accès à des ressources documentaires sur disques optiques compacts.
  • Donner accès à des ressources documentaires se trouvant à distance (Internet).
  • Animer des activités parascolaires portant sur l’interrogation des ressources.
  • Créer un centre de documentation sur les TIC.

Thématique 4 Applications pédagogiques de l’ordinateur

Une application pédagogique de l’ordinateur consiste à intégrer un ou plusieurs outils technologiques dans un environnement d’apprentissage. Les APO concernent donc toutes les disciplines d’étude, et non seulement l’enseignement de l’informatique. Les outils peuvent être utilisés par l’élève et/ou par l’enseignant, et ce, pendant une partie ou pendant tout le déroulement d’une activité d’apprentissage. Tout dépend des objectifs pédagogiques visés par l’activité.

Les outils technologiques pouvant être intégrés à l’environnement d’apprentissage sont variés. Certains logiciels ou disques optiques compacts ont été conçus spécifiquement pour servir à des fins pédagogiques: didacticiels (tutoriels, exerciseurs, jeux, simulateurs), banques d’informations portant sur un thème relié aux programmes d’étude, logiciels-outils éducatifs (éditeurs de cartes, éditeurs de musique, logiciels de robotique pédagogique, outils d’aide à l’écriture, etc.). À cet égard, il existe maintenant plusieurs répertoires imprimés ou informatisés permettant aux milieux scolaires de faire une sélection de tels logiciels en fonction des disciplines ou des types de logiciels. APO-Montérégie propose également une démarche progressive d’insertion des TIC dans le curriculum scolaire en continuité avec les objectifs des programmes d’études.

Catalogue des logiciels produits avec la collaboration du Ministère de l’Éducation, Montréal, MEQ, 1996.

Catalogue des logiciels éducatifs évalués, Montréal, MEQ, 1996.

Catalogue des logiciels en sciences, Montréal, MEQ, 1995.

Catalogue des disques optiques compacts en langue française disponibles au Québec , EICEM, 1996.

Logibase - Répertoires de logiciels et de DOC de la firme Services documentaires multimédia inc.

Typologie du logiciel éducatif.

«Plan d’action régional de la Montérégie». Le Bus, vol. 13, no. 3, mars 1996, pp. 12-21.

Curriculum en TIC, Fonds coopératif Québec-Chaudière-Appalaches & MEQ, 1996.

Les divers progiciels existants (éditeur graphique, traitement de texte, tableur-grapheur, gestionnaire de base de données, gestionnaire de projets, idéateur, présentateur, etc.) peuvent aussi constituer d’excellents outils d’apprentissage dans les diverses disciplines ou dans le cadre d’activités pédagogiques interdisciplinaires. Pour l’enseignement de l’informatique proprement dit, plusieurs langages de programmation sont à la disposition des milieux scolaires.

Enfin, plusieurs activités d’apprentissage et d’enseignement peuvent tirer partie de l’énorme banque d’informations que représente Internet ainsi que de l’utilisation d’outils de communication (courrier électronique, échanges en ligne (Chat), babillard électronique, navigateur W3, etc.).

Les types d’applications pédagogiques de l’ordinateur sont également très diversifiés. Les outils technologiques peuvent servir à consulter de l’information, à produire des documents (textes, graphiques, dessins, banques de données, documents multimédias, etc.), à élaborer une démarche de résolution de problèmes dans un domaine, à simuler un phénomène, à présenter de l’information sous différentes formes (tableaux, schémas, etc.), à communiquer de l’information, à tester sa compréhension, à produire des plans, etc. En fait, les possibilités d’utilisations pédagogiques des TIC sont illimitées, comme l’est la créativité des pédagogues. Déjà, plusieurs d’entre eux ont imaginé des «scénarios» d’utilisation de ces outils dans diverses disciplines au primaire et au secondaire. Ces scénarios présentent en détail les objectifs pédagogiques de l’APO, l’outil utilisé et le déroulement de l’activité. L’Association québécoise des utilisateurs de l’ordinateur au primaire et au secondaire (AQUOPS) a publié la liste de ces scénarios. La Cemisthèque offre également un guide pour ceux qui souhaitent développer de nouveaux scénarios ainsi qu’un catalogue répertoriant un grand nombre de productions et de scénarios.

Cadre de rédaction d’un scénario pédagogique, Alma, CEMISTHÈQUE, 1994.
http://rtsq.grics.qc.ca/cemistheque/

Catalogue des productions et scénarios, Alma, CEMISTHÈQUE, 1994.
http://rtsq.grics.qc.ca/cemistheque/

AQUOPS
http://cyberscol.cscs.qc.ca/aquops/

La préparation de scénarios d’APO va donc bien au-delà du simple choix d’un outil technologique et de sa mise à disposition auprès des élèves dans un laboratoire d’ordinateurs. Il s’agit, en définitive, de concevoir de nouveaux types d’environnements d’apprentissages, des «environnements pédagogiques informatisés». C’est pourquoi la conception et la mise en place de tels environnements d’apprentissage dans l’école exigent parfois des enseignants qu’ils modifient certains aspects de leur pratique pédagogique.

Apprendre dans des environnements pédagogiques informatisés, Montréal, Les Éditions Logiques, 1994.

Des outils pour apprendre avec l'ordinateur, Montréal, Les Éditions Logiques, 1994.

Attention! Passage étroit «Autoroute» pédagogique», EICEM, 1995.

Aide à l’écriture: principes directeurs d’une politique d’intervention, EICEM, 1995.

Le laboratoire d’écriture et sa boîte à outils, MEQ, 1994.

Multimédia, enseignement, formation et téléformation, CNDP/Publications du Québec, 1995.

L’intégration des TIC en classe s’harmonise particulièrement bien avec des approches éducatives qui s'inspirent des théories cognitiviste et constructiviste de l'apprentissage. L'approche cognitiviste met l’accent sur les processus internes d'apprentissage, plutôt que sur les comportements observables de l’élève. Pour le cognitiviste, l'apprenant est mentalement actif dans le traitement de l'information: il perçoit des informations qui lui proviennent du monde extérieur, les reconnaît, les emmagasine en mémoire, puis les récupère de sa mémoire lorsqu'il en a besoin pour comprendre son environnement ou pour résoudre des problèmes. La vision de l'éducation qui en découle en est donc une qui met notamment de l'avant l'importance d'un engagement mental actif des élèves durant l'apprentissage.

L'approche constructiviste stipule que l’apprentissage est un processus actif de représentation de la réalité construite par chaque individu, qui lui donne une signification unique à partir de ses propres expériences. Une vision constructiviste de l'éducation donne donc priorité à des aspects tels qu'un contexte réel d'apprentissage, un enseignement-soutien plutôt qu'un enseignement-intervention, la découverte guidée, la confrontation de divers points de vue sur un thème, l'apprentissage coopératif, etc.

Sous la rubrique APO du tableau d’actions prioritaires, on devrait idéalement retrouver des actions qui permettent aux enseignants déjà bien engagés dans ce domaine d’aller encore plus loin dans leurs expérimentations pédagogiques en matière d’utilisation des TIC ainsi que des actions ayant pour but d’amener les autres enseignants à découvrir le potentiel offert par les environnements pédagogiques informatisés.

Exemples d’actions prioritaires

  • Sensibiliser le personnel enseignant à la problématique et aux possibilités d’intégration des TIC à la pédagogie (conférenciers, colloques, démonstration de produits, etc).
  • Sensibiliser le personnel enseignant à l’utilité pédagogique des logiciels de recherche, de traitement et de communication de l’information:
    • utilisation des disques optiques compacts;
    • interrogation de ressources documentaires se trouvant à distance Internet);
    • utilisation d’un ensemble intégré d’applications;
    • utilisation du courrier électronique;
    • etc.
  • Élaborer une démarche progressive et détaillée d’utilisation des TIC par les élèves (voir le plan d’action régional de APO-Montérégie).
  • Former le personnel enseignant à la production de scénarios d’intégration de logiciels et d’environnements en classe (voir le cadre de rédaction de la Cemisthèque).
  • Mettre en place une procédure de soutien à la production de scénarios d’intégration.
  • Former le personnel enseignant à l’évaluation des logiciels éducatifs.
  • Mettre en place une procédure de sélection de logiciels pour la pédagogie.
  • Favoriser la formation continue du personnel enseignant en facilitant et en encourageant l’inscription à des cours ponctuels ou à des programmes de formation (ex.: certificat en APO).
  • Mettre en place une structure d’accueil des projets APO élaborés par des enseignants ou des équipes d’enseignants.
  • Prendre connaissance des projets développés par d’autres écoles en visitant les sites W3 de chacune des régions.
  • Mettre en oeuvre des projets APO déjà existants. Certains concepts développés et expérimentés dans les écoles québécoises peuvent en effet profiter à votre personnel enseignant, par exemple:
    • la Console d’écriture;
    • le Laboratoire électronique en sciences;
    • le Village Prologue;
    • CyberScol (http://cyberscol.cscs.qc.ca/accueil.html);
    • Musilab;
    • etc.
  • Former les enseignants aux approches cognitiviste et constructiviste de l’apprentissage.
  • Former les enseignants aux principes de l’apprentissage coopératif.

La micro-informatique dans l'apprentissage et l'enseignement des sciences au secondaire. Rapport final, MEQ, Montréal, 1991.

Aides informatisées à l’écriture, Les Éditions Logiques, 1995.

Aide à l’écriture: principes directeurs d’une politique d’intervention, EICEM, 1995.

Le laboratoire d’écriture et sa boîte à outils, MEQ, 1994.

Multimédia, enseignement, formation et téléformation, CNDP/Publications du Québec, 1995.

Thématique 5 Infrastructure technologique

La rédéfinition des tâches et des activités de l’école à l’aide des TIC requiert non seulement des fonds suffisants pour acquérir des équipements, exécuter les travaux de câblage et de réaménagement physique qui s’y rattachent et offrir les formations nécessaires, mais également une bonne connaissance des derniers développements technologiques. Le manque de connaissances et d’expertise technologique des participants constitue un facteur de risque très important pour l’informatisation d’une école.

Lorsque des experts technologiques sont disponibles dans l’école ou à la commission scolaire, nous recommandons qu’ils participent aux rencontres de tous les groupes de travail afin de prendre connaissance des besoins réels du personnel, d’orienter les discussions et d’éclairer les décisions. Ils devraient également participer à l’évaluation des coûts reliés à la mise en oeuvre de chacun des plans ainsi qu’à l’analyse des conditions d’implantation.
Ils devraient finalement procéder aux appels d’offre, superviser l’installation des logiciels et des équipements ainsi que leur mise en réseau et offrir un support technique aux utilisateurs.

Lorsqu’aucun expert technologique n’est disponible dans l’école ou à la commission scolaire, nous recommandons d’engager ponctuellement des ressources provenant de firmes ou d’organismes oeuvrant en technologies de l’information et des communications.

Exemples d’actions prioritaires

  • Permettre l’interrogation et l’exploitation des données administratives, pédagogiques et scolaires (locales ou distantes) à partir de n’importe quel poste de travail de l’école: assurer la mise en réseau des équipements.
  • Permettre l’interrogation et l’exploitation des données administratives, pédagogiques et scolaires de l’école à partir du domicile.
  • Choisir et mettre à jour le système d’exploitation et les équipements.
  • Organiser un programme d’achat regroupé (ordinateurs, périphériques, logiciels, service de branchement et d’abonnement à Internet, etc) pour le personnel.

Firmes et organismes oeuvrant en technologie de l’information en éducation au Québec, Montréal, EICEM, 1996.

Raccorder une école à Internet , Montréal, MEQ, à paraître.

Un programme d’achat regroupé, Montréal, EICEM, Comment informatiser l’école, 1996.

Technologies de l’information à l’école. Stratégies d’intégration, Montréal, Publications du Québec/CNDP, 1996.


Mettre en oeuvre

Il s’agit maintenant de procéder à la mise en oeuvre des actions prioritaires. Lorsque la taille de l’école le permet, nous avons suggéré de créer un groupe de travail pour chacune des thématiques. Chaque groupe devrait être chargé d’opérationnaliser une action précise qui lui est confiée par le comité local de coordination (CLC). La rédaction d’un plan de mise en oeuvre (PMO) permettra au groupe de prendre des décisions éclairées en matière d’implantation des TIC, d’évaluer les impacts sur l’ensemble des pratiques de l’école et de planifier la mise en oeuvre dans ses moindres détails. Les plans de mise en oeuvre (PMO) seront discutés par les membres du CLC et approuvés par ceux-ci avant d’être opérationnalisés par chacun des groupes.

Activités recommandées

  • Préciser l’objectif du plan de mise en oeuvre.
  • Inventorier les solutions possibles.
  • Identifier les impératifs que doivent rencontrer les solutions et effectuer un premier tri.
  • Analyser les solutions retenues et choisir la solution optimale.
  • Établir un échéancier d’implantation (description des étapes et des tâches).
  • Opérationnaliser le plan de mise en oeuvre.
  • Évaluer la solution implantée.

Guide de rédaction d’un plan de mise en oeuvre (PMO), Montréal, EICEM, Comment informatiser l’école, 1996.


Évaluer

Cette tâche consiste à recueillir des informations sur l’implantation des TIC dans l’école de manière à mesurer l’état d'avancement des travaux et à identifier les problèmes qui surgissent, les façons dont ils ont été ou non résolus, les taux d'utilisation, les taux de satisfaction, etc. Ces informations servent également à réajuster les plans de mise en oeuvre et le Plan d'intégration des TIC de l’école. Une partie du suivi peut se faire par le biais des réunions du comité local de coordination et des groupes de travail. Une évaluation plus substantielle devrait aussi être effectuée au cours de l’implantation.


Financer

On sait que la technologie évolue de façon significative à tous les 18 mois; on ne peut donc compter uniquement sur les fonds publics pour assurer le renouvellement des équipements. Il est impératif que chaque école se donne les moyens de suivre le courant technologique, de renouveler progressivement ses équipements, d’acquérir de nouveaux logiciels et d’en assurer l’entretien.

Financer l’informatisation de son école, c’est rechercher des fonds qui se présenteront sous la forme d’argent sonnant, d’expertise, de services ou d’équipements.

C’est aussi repenser ses façons de faire afin de rationnaliser les dépenses courantes et de réinvestir les économies pour atteindre les objectifs du Plan d'intégration des TIC de l'école.

Nous suggérons de mandater quelques personnes (comité de financement) qui seront en charge du montage financier et qui réaliseront les activités qui suivent.

Activités recommandées

  • Solliciter la collaboration de partenaires locaux qui partagent une responsabilité sociale envers les futurs travailleurs.
  • Faire des représentations auprès d’organismes privés et publics.
  • Solliciter une cotisation annuelle de la part des parents.
  • Créer une fondation.
  • Produire un plan de rationnalisation des dépenses.

Pour un partenariat réussi , Montréal, EICEM, Comment informatiser l’école, à paraître.


Gérer les ressources financières

Il incombera à la direction de l’école d’établir un bilan de ses ressources actuelles ainsi qu’une projection des investissements annuels auxquels elle consentira.

Le bilan contiendra l’inventaire des ressources technologiques répertoriées (voir Décrire la situation de départ). Il devrait également contenir une ventilation des argents pouvant servir à libérer le personnel (suppléances), à assurer la formation, à acheter de nouveaux équipements et de nouveaux logiciels, à relier les appareils en réseau local et à relier le réseau de l'école aux réseaux de télécommunication nationaux et internationaux (Internet), à supporter les nouveaux utilisateurs, etc. Le bilan fera finalement état des ressources humaines sur lesquelles l’école peut compter: techniciens, conseillers pédagogiques, chefs de groupe, etc.

Activités recommandées

  • Produire les bilans financiers ainsi que les estimés budgéraires.
  • Allouer les sommes nécessaires à l’opérationnalisation de chaque plan de mise en oeuvre (PMO).

Quelques références

BASQUE, Josianne, Johanne ROCHELEAU et Robert BIBEAU. Comment faire d'une école secondaire actuelle une «école informatisée»?, Montréal, CIPTE, 1995, 13 p.

BIBEAU, Robert. Les «inforoutes». Quelques questions non résolues, Montréal, La Page-Écran, 1995, vol. 7, no 1, pp. 14-17.

BORDELEAU, Pierre et autres. Apprendre dans des environnements pédagogiques informatisés, Montréal, Les Éditions Logiques, 1994.

BORDELEAU, Pierre et autres. Des outils pour apprendre avec l'ordinateur, Montréal, Les Éditions Logiques, 1994.

CATAFARD-MAYER, Solange et Robert BIBEAU. Catalogue des logiciels produits avec la collaboration du Ministère de l'Éducation, Montréal, MEQ, 1996.

CNDP. Un multimédia pour l'enseignement? Collection Les dossiers de l'ingénierie éducative no 17, CNDP, Paris, 1994, 61 p.

COLLECTIF. Cadre de rédaction d'un scénario pédagogique, Alma, CEMISTHÈQUE, 1994.

COLLECTIF. Catalogue des productions et scénarios, Alma, CEMISTHÈQUE, 1994.

COLLECTIF. Raccorder une école à Internet, Montréal, MEQ, à paraître.

COLLECTIF. Les innovations en éducation. Les nouvelles technologies dans le domaine éducatif, Poitiers, CRDP, 1996.

COLLECTIF. Technologies de l'information à l'école. Stratégies d'intégration, Québec/Paris, Publication du Québec/CNDP, 1996, 200 p.

COLLECTIF. Les ressources multimédias en éducation; 1ère rencontre de l'ORME, Paris, CNDP, 1996.

COMITÉ CONSULTATIF SUR L'AUTOROUTE DE L'INFORMATION. INFOROUTE QUÉBEC, Plan d'action pour la mise en oeuvre de l'autoroute de l'information, Québec, 1995, 53 p.

CONSEIL DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE. Miser sur le savoir. Les nouvelles technologies de l'information, Rapport de conjoncture 1994, 2e volet, Québec, 1994, 120 p.

CONSEIL SUPÉRIEUR DE L'ÉDUCATION. Rapport annuel 1993-1994 sur l'état et les besoins de l'éducation - Les nouvelles technologies de l'information et de la communication: des engagements pressants, Québec, 1994, 51 p.

DELISLE, Claude. Catalogue des logiciels en sciences, Montréal, MEQ, 1995.

DELISLE, Claude, et Robert BIBEAU. La micro-informatique dans l'apprentissage et l'enseignement des sciences au secondaire. Rapport final, MEQ, Montréal, 1991, 54 p.

DUFORT, Jean-Guy, et Christiane DUFOUR. Le laboratoire d'écriture et sa boîte à outils. Rapport final, MEQ, Montréal, 1991.

FONDS COOPÉRATIF QUÉBEC-CHAUDIÈRE-APPALACHES, et MEQ. Curriculum en TIC, 1996.

FOURNIER, Luc, et Kim MACKINNON. Les possibilités éducatives de l'autoroute de l'information au Canada: utilisation et instauration des technologies de l'information et communications en éducation, Direction du Développement des communications, Industrie Canada, Ottawa, 1994, 110 p.

GROUPE APO-MONTÉRÉGIE. «Plan d'action régional de la Montérégie». Le Bus, vol. 13, no. 3, mars 1996, pp. 12-21.

HOPPER, Christophe, et Christian VANDENDORPE. Aides informatisées à l'écriture, Les Éditions Logiques, Montréal, 1995, 230 p.

MAURICE, Pierre-Yves. Catalogue des logiciels éducatifs évalués, Montréal, MEQ, 1996.

PUIMATTO, Gérard. Multimédia, enseignement, formation et téléformation, CNDP/Publications du Québec, Paris, 1995, 150 p.

SAVOIE-ZAJC, Lorraine. Les modèles de changement planifié en éducation, Montréal, 1993, 150 p.


ANNEXE

PLAN D'INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION
ET DES COMMUNICATIONS À L'ÉCOLE

Activités recommandées Année 1 Année 2 Année 3 Responsable

Coordonner l'action
       
Développer une vision systémique de votre école informatisée. X     Comité local de coordination
Décrire la situation de départ. X     Comité local de coordination
Identifier les actions prioritaires. X     Comité local de coordination
Établir des politiques d'implantation. X     Comité local de coordination
Répartir le travail (former des comités et des groupes de travail lorsquela taille de l'école le permet) et coordonner l'opérationnalisation des actions. X X X Comité local de coordination
Assurer l'allocation des ressources et gérer les budgets. X X X Comité local de coordination

Mobiliser et informer l'équipe-école
       
Présenter le projet d'informatisation de l'école à l'ensemble du personnel et obtenir son adhésion. X     Comité d'information
Publier un bulletin d'information à l'intention du personnel de l'école et des membres de la communauté (Commission scolaire, parents, etc.). X X X Comité d'information
Acheminer des capsules d'information par courrier électronique (nouveaux produits, formation en préparation, achat regroupé en cours, installation de nouveaux appareils, etc.). X X X Comité d'information
Organiser des séminaires de travail à l'intention de l'ensemble du personnel. X X X Comité d'information
Organiser des assemblées générales d'information. X X X Comité d'information
Collaborer avec les journaux locaux pour sensibiliser la communauté environnante aux enjeux de l'implantation des TIC à l'école. X X X Comité d'information
Rechercher les appuis du milieu local: informer régulièrement les comités de parents, les commissaires, etc. X X X Comité d'information
Organiser régulièrement des activités dans le but de hausser le niveau de connaissance et de«culture technologique» des membres du personnel (conférences, présentation de logiciels, de services télématiques, de sites W3, etc.). X X X Comité d'information

Développer une vision systémique de l'école
       
Revoir le projet éducatif de l'école. X     Comité local de coordination
Consulter la littérature sur l'implantation des technologies dans les écoles. X     Comité local de coordination
Recueillir la vision du personnel de l'école et du milieu local à l'occasion, par exemple, d'un remue-méninges. X     Comité local de coordination
 
Visiter des écoles qui ont développé une expertise dans le domaine de l'intégration des technologies à l'apprentissage et à l'enseignement. X     Comité local de coordination
Énumérer les activités, les tâches et les échanges qu'on souhaiterait faciliter ou améliorer. X     Comité local de coordination
Établir les compétences générales attendues des élèves en matière d'utilisation des TIC. X     Comité local de coordination
Établir les compétences générales attendues du personnel en matière d'utilisation des TIC. X     Comité local de coordination
A l'aide de textes, de slogans, de graphiques ou d'illustrations, représenter votre école telle que vous souhaitez la voir dans quelques années. X     Comité local de coordination

Décrire la situation de départ
       
Rassembler des documents institutionnels. X     Comité local de coordination
Inventorier les ressources. X     Comité local de coordination
Effectuer des entrevues. X     Comité local de coordination
Administrer des questionnaires au personnel et aux élèves. X     Comité local de coordination

Identifier les actions prioritaires
       
À partir de la vision développée précédemment et en tenant compte des besoins exprimés par le personnel lors de la collecte d'information, identifier les actions prioritaires qui seront mises en oeuvre dans les cinq champs d'action (thématiques). Des suggestions vous sont données ci-après. X     Comité local de coordination
         

TABLEAU D'ACTIONS PRIORITAIRES

Exemples d'actions prioritaires par thématique Année 1 Année 2 Année 3 Responsable

» Gestion pédagogique et bureautique professorale
       
Former le personnel à l'utilisation du système d'exploitation ou de l'environnement.       Groupe GPBP
Créer un centre multimédia de production de matériel didactique à l'intention du personnel de l'école.       Groupe GPBP
Créer un centre de formation à l'utilisation des TIC pour le personnel de l'école.       Groupe GPBP
Implanter un ensemble intégré d'applications (traitement de texte, tableur, gestionnaire de bases de données, présentateur).       Groupe GPBP
 
Implanter un logiciel de conception d'épreuves et d'examens.       Groupe GPBP
Implanter un logiciel de réservation des locaux, des équipements, etc.       Groupe GPBP
Autoriser le personnel à interroger les dossiers scolaires.       Groupe GPBP
Informatiser la gestion des plans d'intervention personnalisés.       Groupe GPBP
Implanter un système informatisé de gestion des absences et des retards.       Groupe GPBP
Implanter un système informatisé de suivi des élèves (retenues, services étudiants, etc.).       Groupe GPBP
Dans une école secondaire, permettre aux élèves et au personnel enseignant de consulter les données du service d'orientation scolaire et professionnelle.       Groupe GPBP
Dans une école secondaire, implanter un logiciel qui permette de confronter les notes de l'élève avec les exigences des cours ou options auxquels il souhaite s'inscrire.       Groupe GPBP

» Communication
       
Former le personnel à l'utilisation du courrier électronique et de Internet.       Groupe COM
Implanter un courrier électronique afin de permettre les communications entre le personnel de l'école, les collègues et les experts se trouvant en d'autres lieux physiques, les élèves et les parents.       Groupe COM
Installer des accès à Internet.       Groupe COM
Implanter un agenda électronique.       Groupe COM
Implanter un mode de communication électronique pour informer les parents et toute personne intéressée par la vie de l'école: site W3, babillard électronique, etc.       Groupe COM
Installer des accès au réseau de l'école, et donc à ses services, à partir du domicile du personnel ou de l'élève .       Groupe COM

» Centre de ressources multimédia
       
Former le personnel et les élèves à la recherche documentaire par le recours aux TIC.       Groupe CRM
Informatiser le système de prêt des ressources documentaires et matérielles: collections, documents vidéographiques, logiciels, disques optiques compacts, équipements.       Groupe CRM
Donner accès à des ressources documentaires sur disques optiques compacts.       Groupe CRM
Donner accès à des ressources documentaires se trouvant à distance (Internet).       Groupe CRM
 
Animer des activités parascolaires portant sur l'interrogation des ressources.       Groupe CRM
Créer un centre de documentation sur les TIC.       Groupe CRM

» Applications pédagogiques de l'ordinateur
       
Sensibiliser le personnel enseignant quant à la problématique et aux possibilités d'intégration des TIC à la pédagogie (conférenciers, colloques, démonstration de produits, etc).       Groupe APO
Sensibiliser le personnel enseignant quant à l'utilité pédagogique des logiciels de recherche, de traitement et de communication de l'information (disques optiques compacts, Internet, ensemble intégré d'applications, courrier électronique, etc.).       Groupe APO
Élaborer une démarche progressive et détaillée d'utilisation des TIC par les élèves.       Groupe APO
Former le personnel enseignant à la production de scénarios d'intégration de logiciels et d'environnements en classe.       Groupe APO
Mettre en place une procédure de soutien à la production de scénarios d'intégration.       Groupe APO
Former le personnel enseignant à l'évaluation des logiciels éducatifs.       Groupe APO
Mettre en place une procédure de sélection de logiciels pour la pédagogie.       Groupe APO
Favoriser la formation continue du personnel enseignant en facilitant et en encourageant l'inscription à des cours ponctuels ou à des programmes de formation (ex.: certificat en APO).       Groupe APO
Mettre en place une structure d'accueil des projets APO élaborés par des enseignants ou des équipes d'enseignants.       Groupe APO
Prendre connaissance des projets développés par d'autres écoles en visitant les sites W3 de chacune des régions.       Groupe APO
Mettre en oeuvre des projets APO déjà existants (ex.: la Console d'écriture, le Laboratoire électronique en sciences, le Village Prologue, CyberScol, Musilab, etc.).       Groupe APO
Former les enseignants aux approches cognitiviste et constructiviste de l'apprentissage.       Groupe APO
Former les enseignants aux principes de l'apprentissage coopératif.       Groupe APO

» Infrastructure technologique
       
Permettre l'interrogation et l'exploitation des données administratives, pédagogiques et scolaires (locales ou distantes) à partir de n'importe quel poste de travail de l'école: assurer la mise en réseau des équipements.       Groupe TECH
 
Permettre l'interrogation et l'exploitation des données administratives, pédagogiques et scolaires de l'école à partir du domicile.       Groupe TECH
Choisir et mettre à jour le système d'exploitation et les équipements.       Groupe TECH
Organiser un programme d'achat regroupé (ordinateurs, périphériques, logiciels, service de branchement et d'abonnement à Internet, etc) pour le personnel.       Groupe TECH

PLAN TIC (SUITE)

Activités recommandées Année 1 Année 2 Année 3 Responsable

Mettre en oeuvre
       
Préciser l'objectif du plan de mise en oeuvre (PMO). X X X Tous les groupes de travail
Inventorier les solutions possibles. X X X Tous les groupes de travail
Identifier les impératifs que doivent rencontrer les solutions et effectuer un premier tri. X X X Tous les groupes de travail
Analyser les solutions retenues et choisir la solution optimale. X X X Tous les groupes de travail
Établir un échéancier d'implantation (description des étapes et des tâches). X X X Tous les groupes de travail
Opérationnaliser le plan de mise en oeuvre. X X X Tous les groupes de travail
Évaluer la solution implantée. X X X Tous les groupes de travail

Évaluer
       
Recueillir des informations sur l'implantation de manière à mesurer l'état d'avancement des travaux et à identifier les problèmes qui surgissent, les façons dont ils ont été ou non résolus, les taux d'utilisation, les taux de satisfaction, etc X X X Comité local de coordination et

tous les groupes de travail


Financer
       
Solliciter la collaboration de partenaires locaux qui partagent une responsabilité sociale envers les futurs travailleurs. X X X Comité de financement
Faire des représentations auprès d'organismes privés et publics. X X X Comité de financement
Solliciter une cotisation annuelle de la part des parents. X X X Comité de financement
Créer une fondation. X     Comité de financement
Produire un plan de rationnalisation des dépenses. X X X Comité de financement

Gérer les ressources financières
       
Produire les bilans financiers ainsi que les estimés budgéraires. X X X Direction de l'école
Allouer les sommes nécessaires à l'opérationnalisation de chaque plan de mise en oeuvre (PMO). X X X Direction de l'école

© École informatisée Clés en main du Québec inc., 1997